Mal aigüe des montagnes (MAM) au Pérou : comment l'éviter ? - Espace Temps
Mal aigüe des montagnes (MAM) au Pérou : comment l'éviter ?

Mal aigüe des montagnes (MAM) au Pérou : comment l'éviter ?

01 avr. 2022

Le Pérou est une destination d'altitude. Avec des destinations incontournables comme Cusco ou encore le Lac Titicaca situées à des altitudes à plus de 2500 mètres, il faut se préparer à connaître le "soroche", le mal aigü des montagnes (MAM). Mais pas de panique, avec une bonne acclimation et les conseils que nous allons vous donner, nul doute que votre séjour dans les hauteurs du Pérou se passera à merveille.

Le mal aigü des montagnes : qu’est-ce que c’est ?

Le mal aigü des montagnes (MAM) est un ensemble de symptômes provoqués par le manque d’oxygène en haute altitude. Ses effets se ressentent dès que l’on atteint les 3500 mètres mais peuvent aussi survenir dès 2500 mètres chez les personnes les plus sensibles.

Appelé soroche au Pérou, les symptômes apparaissent généralement 4 à 8 heures après l'arrivée en altitude. Ils se traduisent par des maux de tête, un essoufflement, des vertiges, des troubles du sommeil, des nausées et une perte d’appétit. 

Ces signes, souvent bénins, diminuent avec l’acclimatation et disparaissent en redescendant vers des altitudes plus basses. 

Dans certains cas plus rares le MAM peut entraîner de graves complications comme l’œdème pulmonaire et l’œdème cérébral. L’issue est fatale en l’absence de prise en charge médicale et/ou de redescente rapide.

Bon à savoir :

Le MAM peut toucher débutant comme sportif confirmé. Il ne dépend ni de votre entraînement ni de votre condition physique. Certaines personnes très expérimentées peuvent en souffrir et d’autres personnes, moins habituées à la haute montagne, n’auront par exemple que de légers maux de tête. 

Le Soroche au Pérou 

Le mal des montagnes ne doit pas être pris à la légère lors d’un voyage au Pérou car de nombreux lieux d’intérêts se situent en altitude. 

Cusco (3399 mètres) : Ville emblématique du Pérou proche de la Vallée Sacrée des Incas et du Machu Picchu. Dès votre arrivée, en bus ou en avion, vous pourrez ressentir les effets du soroche. 

Rainbow Mountain (5200 m) : Située dans la région de Cusco la montagne Vinicunca fait aujourd’hui des lieux incontournables à voir lors d’un voyage au Pérou. Il est indispensable d’être bien acclimaté avant de s’engager sur cet itinéraire de randonnée. 

Huaraz (3052 m) : Au nord du Pérou c’est la capitale de la région éponyme et le lieu idéal pour organiser des treks mythiques dans la Cordillère Blanche (Laguna 69, trek de Santa Cruz, glacier Pastoruri,…). 

  Mal aigüe des montagnes (MAM) au Pérou : comment l'éviter ?  

Lac Titicaca (3812 mètres) : À cheval entre le Pérou et la Bolivie, c’est le plus haut lac navigable du monde. Sur ses rives, le village de Puno est le départ de nombreuses excursions sur le lac du côté péruvien. 

Comment  éviter le soroche au Pérou ?

Nous ne sommes pas tous égaux face au mal des montagnes, ses effets sont assez aléatoires d’une personne à une autre. Certains ne ressentiront que de la fatigue et d’autres cumuleront plusieurs symptômes. 

A partir de 3500 mètres, il est difficile de ne pas souffrir du soroche. Certaines règles indispensables peuvent aider à limiter ses effets ou mieux les appréhender.   

S’acclimater en douceur

C’est la règle d’or à respecter : prenez le temps de vous acclimater. Reposez-vous pendant deux à trois jours après votre arrivée en altitude en limitant les efforts physiques. Marchez lentement, faites des siestes, ne faites pas d’efforts inutiles et prenez des pauses régulières lors de vos premières explorations en ville par exemple. Bref, économisez vos forces !

Il est primordial d’être bien acclimaté avant de s’engager dans un trek au Pérou. Une semaine d’acclimatation est généralement conseillée avant de s’engager dans une randonnée en haute montagne. Au cours d’un trek sur plusieurs jours vous devrez monter progressivement, en veillant à ne pas dépasser le palier de 500 mètres de dénivelé positif par jour. 

S’hydrater

Pour éviter la déshydratation, buvez le plus possible même si vous n’en ressentez pas le besoin. Votre corps aura tendance à faire de la rétention d’eau ce qui provoquera des maux de tête. Buvez 3 à 4 litres d’eau tout au long de la journée, avant et pendant votre arrivée en altitude. C’est l’occasion de goûter la boisson typique des Andes : le maté. Cette infusion de feuilles de coca est réputée pour atténuer les effets du soroche, ne vous en privez donc pas ! 

Manger léger

Pour vos premiers repas en altitude nous vous conseillons de manger léger pour faciliter votre digestion. Il ne s’agit pas de se priver de repas mais surtout d’éviter les gros festins. Dans tous les cas, vous le verrez vite, vous aurez beaucoup moins d’appétit les premiers jours en altitude. 

Eviter de fumer et boire de l’alcool 

Du fait du manque d’oxygène vous ressentirez vite des essoufflements et des difficultés à respirer normalement. Fumer n’est donc pas conseillé car cela aggraverait la situation. De même évitez de consommer de l’alcool les premiers jours. Ses effets se ressentent beaucoup plus vite avec l’altitude et n’aideront pas votre organisme à vous acclimater correctement. 

La prise de médicaments

Prévoyez du paracétamol dans votre sac à dos pour soulager les maux de tête. Le Diamox est un diurétique connu pour soulager les effets d’une mauvaise acclimatation à l’altitude. Cependant ce médicament, que l’on obtient sous prescription médicale, peut avoir des effets secondaires. Il est préférable de consulter votre médecin pour avoir un avis médical sur ce médicament avant votre voyage. 

Linda Martinez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec
Commentaire *
Nom *
Adresse de messagerie *
Membre de Nomadays
Le réseau de spécialistes locaux

Bonjour

Je suis Verónika de "Espace Temps". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
+51 902 748 859